Une histoire sur la base de NCIS changeant complètement du moule habituel...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Agent spécial du FBI
avatar
Jack Sutton
Agent spécial du FBI

Me voici :
Célébrité : Keanu Reeves
Avec qui :
Messages : 145
Date d'inscription : 04/08/2015
Age : 42

MessageSujet: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Ven 22 Jan - 3:03

J'avais laissé passé la journée passée tentant de me concentrer sur mes dossiers mais rien n'y faisait. J'avais du mal à me départir de mon sentiment de culpabilité envers Kayla. Elle m'avait simplement offert de l'aide sentant toute cette tristesse et cette noirceur en moi. J'avais fini par fermer durement le dossier sur mon bureau et devant mes yeux il y avait les bouts de papiers déchirés. Lentement je les remis en place reformant les images. Le miroir cassé, mon intérieur brisé. La chandelle, moi à bout de souffle. Je jetai un dernier regard à la rose à la pétale manquante, ma Julia disparue mais toujours en moi. Les larmes aux yeux mais refusant de les faire sortir je sorti l'alliance et la pris entre mes doigts en frottant doucement le diamant sous mon pouce. Lentement je fermai les yeux tentant de retrouver ce sentiment d'apaisement que j'avais chaque fois mais celui-ci ne vint pas. Comme tout mes collègues je quittai mon bureau à la noirceur et j'avais pris soin de prendre l'adresse de Kayla pour au moins aller m'excuser.

Je pris ma voiture et me dirigeai vers sa boutique mais tout était éteint. Ben oui je pensais quoi? qu'elle serait venue travailler alors que j'avais agis en imbécile? Je baissai la tête me sentant encore plus coupable. Je fit donc le trajet jusque chez-elle. Je montai les escaliers lentement comme si le poids du monde était sur mes épaules. Je vis un voisin qui me fixa presque soulagé.

- Oh! Écoutez monsieur l'agent. Je pense qu'elle ne va pas bien. On l'a entendu crier et elle n'est pas sortie depuis ce matin.

- Je ferais mon possible monsieur. Rentrez chez-vous.


L'homme me regarda et je lui sortit mon badge du FBI et il me fit un signe de tête et entra dans son appartement. De mon côté je me tournai vers la porte et prit une profonde inspiration. Je toquai quelques coups et attendit. Bon qu'est-ce que je croyais? Qu'elle allait se précipiter vers la porte?

- Mademoiselle Reese? C'est Jack Sutton, écoutez je... je voudrais vous parler.

J'attendis quelques minutes attentif à ce qui pouvait se passer à l'intérieur. Rien que le silence. Je savais qu'elle était là. Je l'Avais blessée et comme tout animal blessée elle c'était réfugiée dans son repaire.

- Mademoiselle, je pense que discuter derrière une porte n'est pas l'idéal. Ouvrez-moi je vous prie.

" Je sais que tu peux lire mes pensées. Je sais que tu peux me sonder alors ouvre-moi s'il-te-plaît. Je dois te parler."


J'avais laisser mon esprit ouvert totalement pour qu'elle sache que je m'en voulais, que je me devais d'accepter que j'avais agi en sale con. J'entendis du bruit derrière la porte et j'avalai difficilement. Le bruit d'un loquet et la poignée de porte. Je brandis donc devant mon visage son dessin refait par un collègue qui y avait mis un peu de couleur. Lentement je le baissai sous mes yeux et la regardai totalement immobile. Lentement je pris la parole.

- Je trouvais ton dessin joli et un collègue m'a aidé à le repasser pour effacer les déchirures à l'ordinateur. Il es plus joli avec des couleurs non?

Une phrase lourd de sous-entendu. À savoir j'ai recollé les morceaux et j'en ai fait quelque chose de plus magnifique encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kayla T. Reese
~ I love tattos! ~

Me voici : Kiss
Célébrité : Kat von D
Avec qui : Mon héros
Messages : 86
Date d'inscription : 21/03/2015
Age : 35
Localisation : Honolulu

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Ven 22 Jan - 21:51

Ainsi, pour la première fois depuis deux ans… Je n’étais pas allée travailler, j’avais tout fermé dans mon appartement. Seule, la clim retentissait dans son ronronnement qui me permettait de survivre par une chaleur écrasante… Je n’étais même pas à ma table à dessin, ni devant la télévision, ni à la plage en train de surfer… Non… J’étais dans mon canapé à broyer du noir, un cadre photo dans mes mains, le fixant comme si la personne représentée allait revenir d’entre les morts et me serrer dans ses bras…

- Mom…

Oui, il s’agissait de ma mère, Heather. Elle était morte il y a déjà quelques années, je n’avais que mon grand-père, Burk qui était resté à NY… Quand ce dernier partira, je serais vraiment toute seule. Comment avais-je pu croire qu’un homme comme lui pourrait me comprendre… Même les femmes ont du mal, alors un homme, pourquoi avais-je espéré quelque chose ? Parce qu’il voulait me protéger, même si c’était son job ?

Tantôt je pleurais, tantôt je fumais une clope. Je n’avais pas fumée depuis que j’étais adolescente. Personne ne pouvait me comprendre… Pourquoi avais-je écoutée Luna ? Elle avait eu tort sur ce coup et je lui en voulais. Et puis à quoi bon me protéger, vu l’espèce de phénomène de foire que j’étais devenue ? Limite un monstre de foire pour être plus précise. Si mon ex devait me faire plus de mal qu’il en avait déjà fait, cela serait en me tuant… Carrément…

J’entendis alors quelques coups sur la porte. J’ai sursauté. Mais j’ai tout de suite reconnue sa voix à lui… Sutton… Il n’en avait pas déjà assez fait ? Restes à la porte ! T’y est très bien !

Je lui offris le silence et le droit de contempler quelques minutes de plus la porte en PVC qui se dressait entre lui et moi… Une nouvelle fois il me dit qu’on devait parler. Balivernes ! Hors de question que je lui adresse la parole, ne serait-ce que pour dire un mot…

Il se passa alors quelque chose que je n’ai pas compris. Sa voix résonna dans ma tête comme s’il avait compris comment la télépathie marchait. Comme une enfant qui ne veut plus entendre ses parents se disputer, je me bouche les oreilles sans effet. Je me redresse et je sonde à travers la porte… Il était mal… J’ouvris de grands yeux. Etait-il possible qu’un homme aussi entêté que lui accepte ses erreurs, et reconnaît avoir mal agi ? J’avoue ne pas y croire sur l’instant. Machinalement je me dirige vers la porte en essuyant mes larmes sèches et tentant de retaper mon maquillage… Je garde le cadre dans mes bras et je déverrouille la porte… Il me tutoie… Comme si on avait passé un cercle beaucoup plus proche… C’est étrange l’impression que j’ai en tournant la poignet.

Ce n’est pas son visage que je vois. Mais la plus grande chose qu’un homme ne m’ait jamais faite. Là devant moi, le dessin que j’avais déchiré en 1000 morceaux de rage et de tristesse devant moi. Et ce n’est pas le dessin rabiboché au scotch, bien au contraire. C’est une version améliorée, sans les marques de déchirure et colorisé avec goût. Même moi je ne pense pas que j’aurai pu faire mieux… Je posais mes mains devant mes lèvres avec de grands yeux étoilés. Regard qu’il n’allait pas manquer de voir, vu que le dessin descendit lentement et qu’il prit la parole…


-Tu… As fait ça… Pour moi ?

J’en revenais pas, je serais toujours le cadre avec mes bras. Mom, si tu voyais ça… Même lui n’aurait jamais fait ça… Aucun homme n’aurait pu, s’il n’avait pas eu une sensibilité à fleur de peau. Je lui offris mon plus beau sourire, émue par une telle délicatesse. Je ravale de nouvelles larmes et je dis.

- Restes pas sur le pas de la porte… Entres…

Visiblement émue et complètement bouleversée, je rouvre les volets avec la petite télécommande qui les contrôle. Je lui propose de s’installer, gardant précieusement, comme un trésor le dessin ressuscité contre ma poitrine.

- Avant que tu ne te traites de noms d’oiseaux… Tu veux une bière ? Et pas de « pas pendant le service » ok ?

Je refusais un refus quelconque de sa part, après tout, je me réjouissais qu’il soit le premier homme que je connaissais à avouer ses torts, à les accepter… Je ne cherchais même pas à lire dans ses émotions, ce qu’il venait de faire les traduisaient très bien. C’est alors avec deux bières que je reviens et je les pose sur la petite table du salon… Une fois installés et les bières décapsulées je fis avec un petit air timide à croquer.

-Alors ? On commence par quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agent spécial du FBI
avatar
Jack Sutton
Agent spécial du FBI

Me voici :
Célébrité : Keanu Reeves
Avec qui :
Messages : 145
Date d'inscription : 04/08/2015
Age : 42

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Sam 23 Jan - 3:15

J'avais simplement dressé la feuille devant mon visage ne m'attendant pas à cette réaction de la jeune femme. Les étoiles dans les yeux et les mains sur la bouche. Moi qui avait craint qu'elle ne me claque la porte au nez au moins j'étais rassuré là. La feuille sous les yeux j'opinai lentement de la tête. Oui pour elle mais aussi un geste qui représentait des excuses pour mon attitude de merde. Lentement ses doigts vinrent chercher la feuille de papier et penaud je mis mes mains dans mes poches. Au moins elle voulait plus me tuer c'était déjà ça doucement un sourire s'étira et aussitôt elle m'invita à entrer. Timidement j'avançai dans l'appartement et elle ouvrit les volets découvrant ainsi la décoration intéressante. À n'en pas douter j'étais chez une artiste!

Le dessin était contre sa poitrine comme un trésor et elle m'offrit une bière et hors de question de refuser. Je riai doucement et opinai de la tête. Il n'y a rien de mal à prendre une bière non?

- Je ne suis plus en service. Alors va pour une bière.

Je pris place sur le canapé défaisant un bouton de mon veston et appuyai mes avant-bras sur mes genoux. Ainsi se serait ici que je serais pour assurer sa protection. Elle revint avec deux bières et je pris la bouteille en la remerciant gentiment. Déjà elle s'assoyait à mes côtés et me demanda par quoi on commençait. Je pris une gorgée de ma bière et l'avalai laissant les bulle éclater sur ma langue. Je m'adossai et la regardai avant de me tourner complètement vers elle.

- Par des excuses. Je suis désolé Kayla d'avoir agi de la sorte, je ne voulais pas te blesser. Je... je sais que tu as souffert mais... Enfin j'ai agi en sale con et je voulais m'excuser, tu n'avais pas à être ainsi brusquée. Pas après ce que tu as vécu.


J'étais sincère vraiment. Elle méritait beaucoup mieux comme attitude, surtout de ma part. Déjà que Luna m'avait refiler le dossier je me devais d'être à la hauteur de ma promesse. Je voulais la protéger, je ne lui voulais aucun mal. Je voulais qu'elle se sente en confiance avec moi. J'étais un bon agent, le meilleur selon certains alors je devais lui démontrer que j'étais plus qu'un uniforme et un badge.

- Je ne sais pas ce que Luna t'a dit sur moi mais... Elle est une amie précieuse et un merveilleuse alliée. Je ne peux demander mieux dans ma vie. Elle a toujours été là pour moi et moi de même. Tu as raison sur deux points. Je me sens brisé, détruit et parfois je sens ma force faiblir. Mais je garde en tête que... enfin je me dois de protéger la population et ce soir toi Kayla. Je te demande qu'une chose d'accord? Si je ne veux pas parler, ne me force pas d'accord? Laisse-moi venir à toi.


Laisse-moi venir à toi... Tellement de choses peuvent être interpréter avec ces simples mots. Cependant je voulais qu'on aille à mon rythme, à ma façon. Sortir de la tourmente mais tranquillement. Je baissai le regard sur ma bouteille quelques minutes perdu dans mes pensées. Je fini par prendre une autre longue rasade avant de planter mon regard dans le sien.

- Que veux-tu savoir?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kayla T. Reese
~ I love tattos! ~

Me voici : Kiss
Célébrité : Kat von D
Avec qui : Mon héros
Messages : 86
Date d'inscription : 21/03/2015
Age : 35
Localisation : Honolulu

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Sam 23 Jan - 3:33

-Parfait ! Je t’apporte cela tout de suite !

Une fois dans la cuisine, j’ai porté le cadre à une de ses nombreuses places de la maison, sur la table qui trônait au milieu. Je la regardais en me disant « Mom, tu avais raison… Il ne faut jamais se laisser désespérer… Surtout par un mec ! » J’ai furté dans le frigo. Malheur, je n’avais que quelques œufs et du riz… Le truc bien bourratif et en plus trop de protéines, non mais je vous jure ! Je devais aller faire les courses ! Je furte dans le congélateur, déjà plus engageant… Quoique, un dîner de glaces… Peu importe !

Je reviens dans le salon et je sens qu’il n’ose pas me regarder. Je le mets à l’aise en lui décapsulant sa bouteille et en m’installant à côté de lui, le dessin trônant maintenant devant nous sur la table. Je lui ai demandé par quoi il voulut commencer. Par des excuses ? J’ouvris de grands yeux. Ainsi il avait bel et bien accepté ses torts et voulait faire amende honorable. Je lui souris.


-Ca va… C’est pardonné… Mais je te le ressortirai au prochain coup de tonnerre, que cela semble t’arriver d’agir comme un imbécile !

Je lui fis un clin d’œil et je repris une lampée de cette bière. Ca aussi il y en avait plus, fis-je en faisant la moue hors de son champ de vision. Je voulais qu’il oublie un peu le côté trop sérieux de son boulot et qu’il se détente, qu’il se relaxe un peu. Bien que la protection d’une victime n’est pas de tout repos, j’allais bosser là-dessus aujourd’hui. J’ai écouté la suite de son récit avec attention. Il reconnaissait que parfois il se sentait affaibli, et qu’il reconnaissait qu’il était brisé… je fis un signe positif de la tête. Je le fis une seconde fois quand il me demanda de ne pas le forcer…

- Jack, il y a une leçon que tous doivent apprendre un jour… Surtout ceux qui sont flics, médecins, mais aussi le commun des mortels. On ne peut pas sauver tout le monde… Ce soir je voudrais juste que tu te focalises sur ma protection… Pour l’instant ton boulot de protection du peuple est fini… D’autre part… C’est entendu, je ne chercherai pas plus loin…

Une voix intérieure me criait que j’irai voir par moi-même. Non, pas cette fois lui ai-je répondu silencieusement. Il reprit une longue rasade et me demanda ce que je voulais savoir. Je sentis une boule se former dans ma gorge… Je pris d’abord un ton gêné avant de se vouloir rassurant avec le regard qui suit l’idée.


-C’est assez… Difficile comme question… Je pense qu’il faut mieux que cela soit toi qui parle… Comme vienne les idées… En vrac et sans soin ce n’est pas grave… Et après je veux bien que cela soit mon tour !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agent spécial du FBI
avatar
Jack Sutton
Agent spécial du FBI

Me voici :
Célébrité : Keanu Reeves
Avec qui :
Messages : 145
Date d'inscription : 04/08/2015
Age : 42

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Sam 23 Jan - 4:21

Elle semblait surprise que je m'excuse. cependant j'étais une homme de coeur et ma mère m'avait toujours appris à faire face à mes actes et ce depuis mon tout jeune âge.Je me lançai donc dans une longue tirade teinté de remords et de sincérité. Ce à quoi elle me répondit à la fin que c'était pardonné et que si jamais je revenais à refaire la même chose elle me le remettrais sur le nez. Je ri franchement et me passai une langue sur les lèvres en souriant.

- Marché conclu Kayla, je te donne le droit de le faire.

Quand je lui demandais d'aller à mon rythme Elle me dit la phrase que je n'aimais pas entendre. "On ne peut sauver tout le monde." Combien de fois l'avais-je entendu de ma mère et encore des millions de fois de Julia. Ce fameux soir où je m'étais pris une balle dans le bras elle me l'avais dit et je savais qu'elle avais été à deux doigts de me gifler. Mais elle me promis qu'elle ne chercherait pas plus loin. J'étais reconnaissant qu'elle ne fouille pas ma mémoire. Du moins pour ce soir.

Elle voulait que je m'ouvre à elle simplement sans qu'il y ai de questions précises, juste une conversation simple, comme deux inconnus font quand ils doivent se connaître. Bien sûr elle me dit qu'elle se prêterait au jeu à son tour, Je fis un sourire en coin en la regardant d'un oeil moqueur ça elle ne pourrait y échapper croyez-moi! Encore une rasade un peu plus courte. Par où commencer? Quoi lui dire?

** Allez lance-toi peureux** me dis-je

- Julia, elle s'appelait Julia. Elle était... parfaite. Ces mots que je ne pouvais sauver tout le monde elle me l'a dit des milliers de fois. Je pense que la plage ne contient même pas assez de grains de sable pour compter le nombre de fois où je l'ai entendu.
je baissai le regard un court instant. Tu sais... avant qu'elle entre dans ma vie j'étais un policier à Los Angeles et on avait l'habitude de sortir dans les bars parfois après notre semaine. Et quand je l'ai vu là j'ai été attiré par elle comme un aimant. Elle était reconnu pour envoyer paître les mecs qui s'approchait d'elle mais je sais pas ce soir là... elle a flancher. Attends...

Je fouillai dans la poche intérieur de mon veston et sorti mon porte-feuille. Lentement je sorti une photo de nous deux lors de notre souper rencontre avec ma mère.

Spoiler:
 

- Elle travaillait chez MGM. C'est elle qui appelait les agents pour les auditions. je fis une petite pause avant de reprendre. Elle avait toujours aimé me voir en uniforme. Elle savait que je prenais mon boulot trop à coeur mais... elle comprenait en quelque sorte. Je me rappelle un soir où j'ai été faire une intervention chez un homme qui battait sa femme, il avait un flingue et il a voulu tirer sur elle et je me suis jeter sur lui me prenant une balle dans le bras. Je te dit pas la scène qu'elle m'a fait. Même en colère elle était tellement mignonne. Mais je n'étais pas stupide pour lui dire à ce moment. Je pouvais passer une nuit entière à la regarder dormir.

Je fronçai légèrement des sourcils mes yeux se posant sur la photo qu'elle avait entre ses doigts. Elle était si positive et rayonnante. Je l'appelais mon petit soleil parfois elle illuminait ma vie tout simplement. Elle était ma part de lumière dans une vie d'ombre. Je sentis une boule se former dans ma gorge à cette pensée, je sentais les larmes monter à mes yeux mais je savais que je ne les laisserais pas couler... du moins pas devant Kayla. Je me mordis la lèvres avant de remonter les yeux vers la noire devant moi.

- Elle me manque tellement. Je ne peux même pas te dire comment, il n'y a pas de mots pour décrire ça. Elle me complétait j'aurais donné ma vie pour la revoir une petite minute et même encore parfois.


Je regardai Kayla avec un air de chien battu. Elle ne pouvait me ramener Julia, elle ne faisait pas de magie et c'était à moi d'accepter son départ. Même si le gros du deuil était fait n'en reste pas moins qu'elle me manquait trop et ça me faisait mal parfois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kayla T. Reese
~ I love tattos! ~

Me voici : Kiss
Célébrité : Kat von D
Avec qui : Mon héros
Messages : 86
Date d'inscription : 21/03/2015
Age : 35
Localisation : Honolulu

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Sam 23 Jan - 13:44

Je voulais le laisser faire seule, je ne voulais pas poser de questions. S’il devait parler de lui, il devait le faire tout seul, cela serait beaucoup moins gênant et surtout qu’il pourrait me parler librement. La petite phrase d’encouragement qu’il se lança me fit sourire en coin, normal que quelque part il soit intimidé, nous nous étions rencontrés que ce matin…

Il me parla alors du sujet que je voulais entendre. Cette mystérieuse femme s’appelait donc Julia… Quelle émotion m’étreint quand je vous la sienne tout au long de son récit. Ainsi donc la petite phrase du « on ne peut pas sauver tout le monde » il l’avait entendu plus qu’énormément. Ma mère ne cessait pas de me le dire également. J’aurai du faire médecine, car encore aujourd’hui, j’aime prendre soin des autres… Je pense qu’au sujet de sa balle dans le bras j’aurai réagi pareil, je serai montée dans les décibels parce que j’aurai eu peur de le perdre. Je souris tendrement quand il cherche la photo et je la regarde… Puis je le regarde, et mes yeux se déportent à nouveau sur la photo… L’émotion qui ressort de cette photo me tort la poitrine, pas étonnant qu’il était complètement dingue de cette fille. Ils sont tellement mignons. Et effectivement ils complémentait dans le bonheur. Moi aussi, à une certaine époque, je respirai cette joie de vivre… C’était il y a bien longtemps. Même si je faisais tout pour m’en sortir, je commençais à me rendre compte que je n’avais pas tellement changé. Son fantôme était encore très présent, et je n’avais pas d’amitié vraiment sérieuse pour me reposer dessus. Je songe à Steve… Je n’avais plus de nouvelles, il semblait avoir très mal pris le fait que je sois quelque sorte une petite sœur, une autre… Enfin de compte, je me rendais compte que je n’avais plus personne… Je poussais un léger soupir, tandis que je terminais ma bouteille.

J’ai levé les yeux sur lui… J’eus l’air tellement désolée à cet instant et j’avais tellement de compassion pour lui. J’ai senti malgré moi la boule se former dans sa gorge et les larmes monter à ses yeux, mais il ne voulait pas les laisser couler, pas devant moi… Le cerveau déconnecta et ce fut le cœur qui prit le relais. J’ai posé ma main sur l’épaule, après avoir dérapée de sa joue…


-Jack… Ma mère répétait souvent… « On reconnaît la force et le courage d’un homme, non pas combien de fois il s’est retenu de pleurer, qu’il s’est battu ou qu’il n’a pas voulu se montrer dans un moment de faiblesse, mais plutôt combien de fois, il a accepté de mettre au jour cette faiblesse, laisser courir sa peine ou son émotion, et combien de fois il a essayé de faire la paix entre deux personnes… Grosso modo… Tu n’as pas à avoir honte de ce que tu ressens, ni de pleurer… Tu as assez attendu, tu as assez souffert en silence… *je prends une grande respiration* Il est temps que tu laisses aller ces larmes, que tu exploses cette peine qui te démolit… Il est temps que tu… Passes à la seconde étape du deuil… Les larmes… La force d’un homme n’est pas de tout ravaler, mais de s’avouer parfois vaincu par trop de peines… Et puis maintenant, tu n’es pas seul ! Je suis là pour t’aider maintenant… Tu peux y aller… Car je crois que tu en as rudement besoin…

Je ne savais pas comment il allait réagir, s’il allait céder à sa peine ou s’il allait faire la bêtise de tout ravaler… Je commençais à avoir une légère idée de ce que je pouvais faire pour apaiser son âme… L’idée commençait juste à germer tandis que je regardais sa photo. J’ai levé les yeux pour lui avec un léger sourire qui se voulait d’autodérision.

-Moi, regardes ! Je ne suis pas du genre à être une Crybaby et regardes la tronche que j’ai ! Tu ne sais pas combien j’aurai donné, pour avoir quelqu’un avec moi pendant ce laps de temps !

Je ricane, tout en pointant mon index sur moi. Effectivement on voyait que j’avais pleuré, mon maquillage était un peu passé et Dieu sait que j’en prends soin et le peu de fard qui restait laissait des sillons marqués de larmes sur mes joues. J’attendais sa réaction. Fébrile. J’espérais tellement fort qu’il accepte sa faiblesse et sa peine et qu’il vide tout cela d’un coup pour aller mieux après.

- Un seul être vous manque… Et tout est dépeuplé…

Une phrase lourde de sens… Rien ne pourra lui ramener celle qu’il aime… Mais je pouvais tenter d’apaiser sa douleur…

- Je voudrais te faire un cadeau… L’ennui c’est que je ne sais pas si tu accepteras… Ma grande passion… C’est le dessin… Et… Vu que tu vas rester quelques temps… Je voulais savoir si tu acceptes que je garde la photo quelques heures… Je… J’ai eu une idée de… D’hommage à Julia… en… Tatouage ?

Ce n'était qu'une ébauche d'idée... Ok, en lui disant cela j’allais lui couper tout envie de pleurer… Ou alors ce serait la goutte d’eau qui fera déborder le vase… J’espérais l’option 2… Je ne la connaissais pas c’est vrai… Mais je voulais plus que tout lui faire avancer le deuil, et le rendre… Mieux… On avait tous les deux perdu notre centre du monde, c’est une de des choses qui nous rapprochaient… Comme avouée plus tôt, le cerveau avait déconnecté, j’ai enlevé ma main sur son épaule, et j’ai ouvert mes bras en articulant un « viens ! » Une chance sur deux qu’il me rejette… J’osais espérer le cas contraire et qu’il viderait enfin toute cette peine sur mon épaule… Comme je l’avais dit et je n’insisterais jamais assez…

**C’est terminé… Ta survie prend fin, aujourd’hui, il est temps que tu mettes la première fondation de ton premier jour de ta vie… Et cela commence par briser momentanément la glace et accepter la peine… Mais surtout, accepter ta propre faiblesse… Qui n’en est pas une !**

J’ignorais s’il allait entendre cette petite voix, mais je m’étais concentrée le plus possible pour qu’il en soit capable. J’avais dû le hurler dans mon esprit pour qu’il l’entende, même comme un murmure ! J’attendis, laissant mes yeux dans les siens…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agent spécial du FBI
avatar
Jack Sutton
Agent spécial du FBI

Me voici :
Célébrité : Keanu Reeves
Avec qui :
Messages : 145
Date d'inscription : 04/08/2015
Age : 42

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Sam 23 Jan - 18:16

Je m'étais lancé dans mon histoire. Celle d'avant, celle ou j'avais pu entrevoir le soleilQue la vie n'était pas un combat perpétuel entre ombre et lumière. Elle avait été mon univers, le centre du monde, mon point d'ancrage. J'étais capable d'en parler mais le moment avant sa mort. Sa vie a été arraché si subitement. Kayla m'écoutait attentivement parfois je sentais des picotements et je n'étais pas dupe, elle me sondait en quelque sorte. C'était cette même impression que j'avais eu quand elle est entré dans mon bureau. à ses impressions je su comment je me sentirais quand elle me sonderait, tenterait d'en savoir plus sur moi. Quand vint la fin du récit nos yeux se croisèrent et même en l'absence de mots elle avait compris, nous comprenions cette peine et détresse immense que je ressentais. Je sentis sa main sur ma joue, étonnamment ceci apaisa mon petit coeur. Un geste presque maternel, comme ma mère me faisait tout petit.

Je ne dis rien l'écoutant simplement. Les yeux plantés dans les siens encore des mots que j'avais entendu de ma mère, de Julia. Sa main se posa sur mon épaule doucement comme un souffle. Ces mots, bien choisis bien dit me touchèrent mais je me contenais. Laisser aller mes larmes... non je le faisait seul pas devant les gens. Stupide me direz-vous mais ainsi j'étais fait. La seule fois où j'ai pleurer devant des gens c'était au service funèbre de Julia. Même ma mère n'eut pas droit à la crise de larmes. Je serrai les mâchoires et avalai difficilement mais aucune larme de vint rouler sur mes joues. J'avais une grande maîtrise de mes sentiments, malheureusement pour elle. Mais ainsi j'étais fait et ainsi nous étions formé dans la police, au FBI. Quand elle me dit qu'elle n'était pas une Crybaby mais de regarder l'air qu'elle avait je fit un mince sourire.

- Oui mais ça c'est moi qui t'ai fait ça.

Oui j'avais déjà fait pleuré Julia et j'avais agi de la même manière avec elle. Je ne compte plus les fois ou je suis arrivé avec des fleurs, ou un petit bijou repentant et penaud. J'ai un caractère assez fort mais c'était rien à comparé à Julia! Quand elle pétait un câble même les murs de notre appartements avaient envie de se barrer. Kayla me demanda de garder la photo avec elle quelques heures pour en faire un dessin pour un tatouage. Un hommage à ma Julia. Sans un mot je pris une gorgée de ma bière pour tenter de ravaler cette boule qui me comprimait la gorge. Je fini par hocher de la tête doucement. Cette photo ne quittai jamais mon porte-feuille et voilà que ce soir j'en serais départi pour quelques heures. qu'à cela ne tienne, j'aurais toujours un souvenir flottant dans ma mémoire pour réfléchir. Je pris une inspiration voilà, je reprenais le contrôle de moi. Mais elle ouvrit les bras et me dit un simple "Viens" tout doux. Je dois dire que je fus un peu surpris. Mais sans que je m'en rende compte je m'étais déjà avancé et appuyé sur son épaule. Ses petits bras se refermèrent sur moi simplement et je fermai les yeux. Son parfum flottant dans mes narines comme une odeur réconfortante. Mon corps se détendit contre elle et ma main se leva et se posa sur son bras.

Je crus entendre des mots dans ma tête. Et lentement ceci devint plus clair. Mes doigts se crispèrent légèrement sur son bras mais encore une fois je repris le contrôle de moi-même. Pas maintenant, pas là...

- Ne fais pas ça Kayla...

Je relevai la tête lentement et je la regardai apaisé, du moins jusqu'à la prochaine fois. Je lui fit un petit sourire et me relevai doucement un peu plus.

- Je sais ce que tu veux faire mais... pas maintenant d'accord?
dis-je doucement sans brusquerie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kayla T. Reese
~ I love tattos! ~

Me voici : Kiss
Célébrité : Kat von D
Avec qui : Mon héros
Messages : 86
Date d'inscription : 21/03/2015
Age : 35
Localisation : Honolulu

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Sam 23 Jan - 19:28


Son mince sourire me fit sourire un peu plus. Oui, c’est lui qui m’avait fait pleurer, mais il n’était pas le premier homme à me faire pleurer. Une réalité sauta à mes yeux. Même mon père m’avait fait pleurer, mon ex m’avait fait pleurer… Mais lui, Jack, il était le premier à regretter son comportement. Et cela me plongeait dans une joie dont il n’avait que vaguement une idée.

Même si pour l’instant il avait repris le contrôle de son être après ma tirade, je savais que le Bien était fait, et que la cuirasse qu’il avait revêtue à la mort de Julia se fissurait petit à petit. Il fut surpris par mon accès de tendresse mais la main sur sa joue n’avait pas semblé lui faire de Mal bien au contraire, il semblait plus apaisé. Momentanément.

Sa tête s’appuya doucement sur mon épaule et ses bras se refermaient doucement sur lui. Son cœur reprit pendant un temps une cadence presque normale. Il se détendait. J’ai tressailli quand sa main se posa sur mon bras et je l’ai regardé avec une grande tendresse. Il m’avait entendu. Je le voyais dans son comportement immédiat, ses doigts se crispèrent légèrement. D’un coup il réagit à la voix dans sa tête. Comment se faisait-il qu’il pouvait m’entendre ? A moins qu’il soit très réceptif aux ondes et aux capacités extrasensorielles je ne voyais pas comment… A moins qu’il n’ait pigé le truc. Il avait réussi à me parler par son esprit, il était donc normal qu’il m’entende en retour. Je n’en revenais toujours pas, alors qu’il me demandait de ne pas le faire…


- Je suis désolée… Je n’ai pas le choix… Le dessin, je dois le faire… C’est… Ma façon à moi de lui rendre hommage… Je…  Je ne peux faire que cela… Pour t’aider à aller mieux… Ne me prives pas de ce devoir envers toi… je t’en prie… Je sais que tu n’es pas prêt… Mais dans ce cas je le garderai de côté…

Il se redressa et ma phrase prit fin. Il me demanda de ne pas le faire, du moins pas maintenant. Il ne voulait toujours pas pleurer... Mais pourtant il en avait tant besoin...

- Je ne veux pas te brusquer… Loin de moi cette idée… Mais, il y a une grande différence entre le Jack que j’avais dans son bureau… Et le Jack que j’ai maintenant… Peu importe comment tu as agi jusqu'à présent. Reniant, battant et ravalant sans arrêt cette peine qui est la tienne. Mais si tu veux avoir une chance de pouvoir être en deuil correctement... Il faut que tu lâches tout... Tu auras toujours mal, mais celle qui est insupportable le deviendra beaucoup moins. Je ne la connaissais pas, il est vrai... Mais elle ne voudrait pas te voir plus longtemps dans cet état d'errance et de douleurs plus longtemps. Ou qu'elle soit... Je pense que de te voir comme ça... Cela lui est insupportable à elle... Autant que la douleur de ta perte...

D’un geste que je ne remarquai pas tout de suite, j’ai passé ma main dans ses cheveux… Deux fois, avant d’arrêter…. J’ai fini par la reposer où elle était avant et j’ai murmuré.

-Tout se passera bien maintenant. Je te le promets… Tout finira par s’arranger… Tu n’es plus seul désormais… Et nous finirons par vivre… Et non survivre… Comme nous le faisons depuis tout ce temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agent spécial du FBI
avatar
Jack Sutton
Agent spécial du FBI

Me voici :
Célébrité : Keanu Reeves
Avec qui :
Messages : 145
Date d'inscription : 04/08/2015
Age : 42

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Sam 23 Jan - 20:18

Toujours ma main sur son avant-bras crispé d'avoir entendu quelques mots à peine audible j'avais mes yeux dans les siens la suppliant presque de ne pas me rendre là. Je voulais vivre cette peine tout seul, comme j'avais toujours fait. Pas que je la rejetais loin de là mais j'étais ainsi. Un animal malade ou souffrant va se cacher dans un trou et n'y ressors qu'une fois guéri et j'étais un peu ainsi.

- Non ça va pour la photo, tu peux la prendre et faire... enfin ce que tu veux faire. Je vais survivre si je l'ai pas avec moi. Il n'y a pas de problème je t'assure.

Je lui souris doucement car je savais qu'elle arriverait à faire sortir quelque chose de celle-ci. Un tatouage? Là je savais pas encore mais l'idée était là... mais en même temps si l'amour décidait de se pointer le nez comment réagirais celle qui le verrait? enfin ça c'était à supposé que l'amour décide de frapper à ma porte.

Quand je lui dit que je ne voulais pas, pas maintenant pleurer, oui orgueil mal placé mais que voulez-vous, elle m'expliqua que cette douleur insupportable s'amoindrirais et deviendrais plus supportable. En avais-je envie? Non pas devant elle. J'avais toujours eu un grand contrôle sur moi. Peut-être avais-je peur que si je me départissais de ceci je mourrais qui sait? Cependant quand elle me dit que ou que sois ma Juju elle n'accepterais pas de me voir ainsi, qu'elle voudrais mieux pour moi que cette noirceur. Je me redressai vivement échappant à ses bras qui était tantôt réconfortant. Instinctivement je dressai un mur de béton dans ma tête fermant ainsi mes pensées et mes souvenirs. Encore cette boule dans ma gorge, ce feu dans le ventre et les larmes qui revenaient.

Sa main avait caressé mes cheveux deux fois, comme si j'étais un gamin qui en avait besoin... enfin oui j'en avais besoin. Ces mots "Tu n'es plus seul désormais" résonnait dans ma tête comme une ritournelle sans fin. Je sentis le flot de larmes monter à mes yeux que je parvenais avec grand peine à contenir. J'étouffai encore je me levai comme une balle et arpentai le salon. C'était un tourbillon dans mon corps.

- Tu n'as pas le droit... on avait un marché... Si je ne voulais pas...

Ma voix était tremblante et pas de colère simplement de peine lui demandant d'arrêter, de ne pas me renvoyer là ou j'avais eu un mal fou à sortir. tout mes proches avaient eu peur pour moi. La preuve mon partenaire m'avait pris chez-lui pour garder un oeil sur moi ensuite ma mère vint chez-moi pour me secouer un peu. Mon coeur s'affolait battant dans ma poitrine, mon corps tremblait tellement je tentais de me contenir. Rapidement je sortis l'anneau et le pris dans ma main, il fallait que son effet bienfaisant fonctionne sinon je me jeterai de cette fenêtre. Bien sûr mes pensées étaient toujours bloqué à la jeune femme.

- Tu ne peux pas me ramener là ou j'étais! dis-je maintenant en colère

En fait c'était une réaction normale aux changements qui s'opérait. Mon corps, mon esprit me le demandait et j'agissais en sens contraire donc mes émotions étaient vive.

- Est-ce que tu sais combien c'est difficile? J'ai pensé un moment à aller la rejoindre tellement c'était insupportable! Je ne l'ai jamais fait parce que je ne savais pas comment pour ne pas me manquer. J'ai revêtu mon uniforme tellement de fois pour finir soit au bout d'une corde ou avec une belle dans le crâne que je ne les compte plus.

Maintenant le flot de larmes me submergea, les larmes roulaient sur mes joues comme un torrent trop longtemps contenu par un barrage. J'étais agité et je tournoyait son alliance entre mes doigts. Quand elle voulait s'approcher je m'éloignais je ne voulais pas, je ne voulais qu'être seul mais impossible d'échapper dans cet appartement.

- Dire une éloge à son service fut la chose la plus difficile de ma vie. J'ai parler à une boîte de bois qui contenait ma vie. Ma fiancé et ce bébé qu'elle portait. Moi j'aurais pu être papa mais le destin me l'a arraché... Toi tu me demande de laisser ça sortir que je vais aller mieux mais je n'irais pas mieux bordel! Je ne peux pas sauver le monde car je n'ai pas pu sauver Julia, je ne peux pas sauver le monde parce que la vie a décider de me faire chier au début de la mienne!

J'étais rouge de peine de colère les larmes traçait des sillons sur mes joues je savais que je perdais le contrôle de moi-même, ça sortait et je ne pouvais plus rien faire pour l'arrêter. Les sanglots m'étouffaient, mon corps tremblait et je ne savais plus où aller pour me cacher. J'avais été pris au piège comme un débutant et maintenant je devais assumer ce qui se passait.

- Elle était vraiment tout pour moi... Elle... Elle a toujours été une battante pour nous deux que je me battait encore plus pour elle... Mais un chauffard ivre lui a tout enlever ça...

J'étais à bout de force que je revint m'écrouler dans le canapé je cachai ma tête entre mes mains le flots de larmes reprenant le dessus sur moi. Le souffle me manquait tellement j'étais entrain de m'enfoncer dans cette peine qui me submergeait. 2 ans à ne pleurer que seul dans mon lit à être envahi de rêve ou de cauchemars. Elle avait réussi, Kayla avait réussi à me faire pleurer comme elle le souhaitait. Je murmurai des "Julia" désespéré presque suppliant qu'elle vienne me reprendre là tout de suite...



  - Everything got a price. -
- In our World... You can't just leave. -
EXCEPTION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kayla T. Reese
~ I love tattos! ~

Me voici : Kiss
Célébrité : Kat von D
Avec qui : Mon héros
Messages : 86
Date d'inscription : 21/03/2015
Age : 35
Localisation : Honolulu

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Sam 23 Jan - 21:21

Je crois que quand je m’étais lancée dans cette aventure, je n’avais alors aucune idée de la peine qu’il contenait… IL avait eu beau se contenir des années, et mettre un mur, quand on est pareil dans la peine, les murs et les beaux discours pour la cacher ne servent à rien. Il était devenu plus vif, plus violent dans ses gestes. Il réagissait comme quelqu’un qu’on sèvre et croyez-moi j’y connais un rayon. Il se leva comme un fou furieux et faisait les cents pas dans l’appartement. J’avais quelque peu réussi à tout faire sortir. J’avais enfin pu le faire parler, poser des mots sur sa souffrance. Il était en colère, mais cela je lui excusais complètement, il était en train de se sevrer, du moins commencer à se sevrer de la peine qui l’avait animé depuis le décès de son épouse.

-Le marché était de t’aider… Je n’ai jamais dit que le démarrage serait agréable…

Fis-je d’une voix neutre, m’étonnant moi-même du calme olympien et de la compassion dont je faisais preuve. Il vivait, ce que moi j’avais vécu… L’inversion de la tendance, de la peine, petit à petit il passait à la révolte. Il posait ce qu’il ressentait, en vrac et sans soin. Comme je le voulais. Il le prenait mal mais c’était normal ! Il passait à la révolte du « Pourquoi ? » Je savais que j’allais me prendre un sacré coup de grisou dans la figure, mais j’étais prête à le prendre. Pourquoi ? Tout simplement parce que je l’appréciais. Et que ce que je voyais jusqu’à l’explosion était une ombre qui essayait de faire bonne figure humaine.

Oui je savais par où il passait. Cette envie de mourir, et d’essayer tout le temps dès que l’occasion se présentait ! De vouloir la rejoindre, de ne plus être séparée d’elle. Oui je savais par où il passait et il allait devoir continuer sur ce chemin-là… Non, cela allait être dur, mais rien d’insurmontable. Il avait la volonté, et maintenant que j’étais là, quitte à le suivre nuit et jour, je n’allais pas le lâcher !

Il me demanda de le ramener là où il était. Je fis non de la tête. Je le regardais tourner comme un lion en cage, trembler, mais je savais qu’au fond, les larmes n’allaient pas tarder à arriver.


-Tu vas devoir en passer par là… Tu es en train de subir le changement de ta vie, le second, sauf que celui-ci il est profitable à long terme ! Tu ne peux plus te terrer plus longtemps dans ta peine ! Tu ne peux plus fuir la vérité… Même si la douleur qu’elle encourt est intense, mais rien d’insurmontable ! Même si tu n’en as pas l’impression, tu vas enfin guérir de cette peine qui contrairement à ce que tu penses, n’était pas ton moteur !

J’avais une théorie, sur laquelle, il s’était jeté corps et âme dans le boulot, espérant se faire descendre en service pour la rejoindre… Il était en colère, mais en fait, je me plaisais à me dire qu’il était enfin en mode révolte. Révoltée qu’on lui aie enlevé ! Révoltée qu’il ne puisse pas la rejoindre ! Révolté d’avoir une bonne étoile qui l’ait maintenu en vie jusque-là. Sauf que là il était en train de réapprendre à vivre par lui-même et non survivre.

-Moi aussi j’ai tout perdu Jack… Moi aussi j’ai voulu me foutre en l’air… Moi aussi je me suis révoltée en me disant pourquoi pas moi mais elle ? Je dois être la mieux placée pour savoir par quoi tu es passée, et par quoi tu passes actuellement !

Toujours le ton calme et compatissant. J’avais appris à mes dépens que me mettre autant en colère que l’autre, n’aidait rien, alors qu’en restant calme et serein, on arrivait parfois à faire descendre la tension de l’autre…

Les larmes le défigure, il pleurait, enfin il se déchargeait de toute cette révolte, cette rage, et surtout de toute cette peine. Il allait être papa… Mon Dieu… Il en a perdu deux… Je n’allais pas en rester là, il fallait que je le sorte de là, en hommage à leur mémoire.


-Non… je n’ai jamais perdu un amoureux… Mais j’ai perdu le centre de ma vie… C’est sûr que je ne peux pas comprendre… Non, Jack… Je comprends terriblement… Tu… Tu n’as plus à être seule pour faire face à ta peine… Je suis désolée d’en être arrivée là… Mais c’était la seule solution… Pour qu’enfin tu te libères…

Luna m’avait dit que mes tatouages libéraient l’âme des gens… Je commençais à prendre tout le sens de cette phrase, je libérais les gens d’un poids énorme quand je dessinais pour eux… La discussion qu’on avait eu avait juste aidé à cette libération. Je me lève pour aller vers lui… Ce qui se passait en lui était sans précédent, mais je savais qu’il allait tenir bon…

-Oui… On te les a enlevés… C’est quelque chose de terrible… Mais il te reste encore quelque chose… L’avenir… Même si pendant tout ce temps, tu n’y as plus cru… Aujourd’hui, il est temps de reprendre une nouvelle route… Peu importe où elle va te mener… Elle sera toujours dans l’ombre à veiller sur toi… Même si tu ne les as plus près de toi… Eux, d’où qu’ils soient, sont encore là, dans tes souvenirs, dans ton cœur… Tu as assez porter la culpabilité de les avoir perdu… Il faut que malheureusement… Tu les laisses partir… Ne fais pas comme moi… Ne gâche pas ta vie à cause de fantômes du passé…

Quand il s’est effondré dans le canapé, j’ai eu peur… Qu’il se soit littéralement évanoui sur le coup de la douleur. Il manquait d’air. Pour commencer et il n’avait pas intérêt à me rejeter, je lui ai frotté le dos. Il l’appelait… Je trouvais ça émouvant… Sa peine était telle. Je ne me voyais pas le laisser… J’allais le faire habiter chez moi quelques temps. Comme cela nous ferions une pierre deux coups… De mon autre main, je suis allée déposer ma main dans ses cheveux… Je ne disais rien… J’ai posé ma tête contre lui, sur son dos et je continuais de frotter ce dernier et caresser ses cheveux… Au bout de quelques minutes je me suis mise à fredonner la musique de ma mère… Can you feel the love tonight d’Elton John… Musique qui d’ailleurs qui m’a toujours porté les larmes aux yeux. C’était celle qu’on avait passé lors des funérailles… Non… Je ne le lâcherai pas… et je le répétais sans cesse dans ma tête espérant qu’au bout d’un moment il m’entendrait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agent spécial du FBI
avatar
Jack Sutton
Agent spécial du FBI

Me voici :
Célébrité : Keanu Reeves
Avec qui :
Messages : 145
Date d'inscription : 04/08/2015
Age : 42

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Sam 23 Jan - 21:50

Tout le temps elle avait un ton calme, doux et par chance sinon je pense que je serais sorti simplement de cet appartement qui m'étouffait. Ce qui m'en empêcha? Simplement le fait que je lui avais assuré une garde rapprochée. Intérieurement je lui en voulais, elle m'avait promis d'arrêter quand je lui demanderais mais elle ne l'a pas fait. Elle n'a pas respecter notre entente! Je tournai en rond comme un lion vif dans mes émotions et je tenais des propos décousu un peu pêle-mêle. Je lui avais avouer que Julia était enceinte mais je ne l'appris pas de sa bouche mais de celle du légiste.

Ça tournait dans ma tête tellement vite qu'on aurait dit une laveuse à "spin" le torrent de larmes me fit rougir les yeux, d'un gestes rageur je les essuyaient à grand peine. Je mâchai à peine mes mots qui étaient violents, durs. Luna avait bien tenté plusieurs fois de me faire parler mais quand je me refermai elle n'insistait pas. douce comme un ange elle était là à mes côtés simplement. J'avais l'air de quoi là? Un agent même pas capable de tenir tête et de faire son boulot. Oui je me jetait dans mon travail oui par passion mais un côté oui peut-être pour finir par "être tuer dans l'exercice de mes fonctions" un suicide sans que ça paraisse quoi. Oui c'est tordu mon truc je sais.

Je m'étais affalé dans le canapé tremblant de sanglots murmurant son nom. Tout le temps Kayla avait adopté un ton doux et je la sentais comprendre un peu. Toujours la tête penchée je sentis une main frotter dans mon dos et une autre dans mes cheveux. Juste ça me permit de voir que pour une fois je n'étais plus seul, que quelqu'un voulait mon bien. J'entendis sa mélodie douce comme un souffle d'été parvenir à mes oreilles et mes sanglots redoublèrent. Comme un enfant apeuré m'agrippai à elle mes doigts se crispant sur son chandail. Comme si avec ce geste je pourrais éviter la noyade de ma peine. Lentement de longues minutes à mouiller son chandail, que de petites perles de larmes attérissent sur ma chemise, je sentis les sanglots se calmer jusqu'à ce que de petits hoquetements de peine ne subsiste. Toujours elle avait chanter sa mélodie et lentement je parvenais à l'entendre comme il faut. Mon souffle repris son rythme normal ainsi que les battements de mon coeur.

À bout d'énergie, je laissais sa mélodie emplir mes oreilles et mon âme. Je fermai les yeux lentement mes doigts se détendant laissant ainsi le bout de tissu libre d'entraves. De plus en plus les sons se firent plus doux, discret. Je perdis le contact avec ce qui m'entourait sombrant dans le sommeil totalement vidé d'énergie. Je ne pouvais que sentir la chaleur de ses bras autour de moi et je n'eus pas la force de lui dire merci. Non je sombrai lentement dans le sommeil.



  - Everything got a price. -
- In our World... You can't just leave. -
EXCEPTION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kayla T. Reese
~ I love tattos! ~

Me voici : Kiss
Célébrité : Kat von D
Avec qui : Mon héros
Messages : 86
Date d'inscription : 21/03/2015
Age : 35
Localisation : Honolulu

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Sam 23 Jan - 22:19


Petit à petit, le contact se fait dans sa tête. Il comprenait qu’il n’était plus seul et que les choses allaient changer maintenant qu’il semblait admettre sa peine, et laissant aller ses larmes il s’agrippa à moi et à mon gilet d’été comme à une bouée qui allait l’empêcher de faire naufrage… J’ai redoublé mon étreinte sans lui faire mal, mais je voulais qu’il sente que j’étais présente, que j’étais là, que jamais je l’abandonnerai ! Il pleurait tellement… je continuais mon petit manège entre les caresses dans ses cheveux et le frottage de dos. Il le sentait… Il devait sentir mon cœur battre. Je continuais à fredonner et progressivement je sentais les sanglots s’espacer, devenant de simples hoquets…

Je souris doucement. J’avais réussi ou même Luna avait échoué. J’étais fière, il allait enfin pouvoir trouver un repos bien mérité. Mon dieu, que j’aurai aimé avoir quelqu’un quand il a fallu que je me débarrasse de cette peine… La preuve, c’est mal fait, elle est revenue au triple galop à son contact… Moi non plus je n’étais pas débarrassée entièrement de ma noirceur… Moi aussi, un jour, il allait falloir que je me libère. Le dessin suffisait pour le moment, mais pour combien de temps.

Je sentis son accroche faiblir, il semblait glisser vers le sommeil. Je l’ai retenu délicatement, il était épuisé. Son état s’était amélioré mais maintenant il allait falloir qu’il dorme pour se sentir en quelque sorte un nouvel homme. Oui, la douleur serait sûrement là, mais elle hurlerait beaucoup moins et s’allégerait avec le temps. En quelques instants, il avait sombré dans le sommeil, un sommeil profond et réparateur, si bien que lorsque je l’ai allongé pour qu’il soit plus à l’aise, il ne sembla même pas le remarquer… J’ai mis un large plaid léger sur lui et j’ai ajusté son oreiller… J’ai pris un mouchoir  et j’ai essuyé ses larmes doucement, comme une caresse…

J’ai pris la photo, je suis allée dans le coin architecte, mon bureau a dessin si vous préférez, et j’ai travaillé sur le dessin qui pourrait un jour devenir son tatouage. Je serai tellement fière de le tatouer moi-même ! J’y ai travaillé une bonne partie de la nuit. Au petit matin, J’ai corrigé quelques détails et j’ai repris un peu pour que le couple semble entouré d’un halo de lumière… J’ai fini par effacer la moitiée du dessin, pour y inscrire dans un ruban qui les entourait, rappelant les médiévaux où un intitulé trônait. Mon intitulé était “Like Shining Sun, You will always Shine on me, You will always be in my Sky”.  J'admirais mon œuvre, Je ne m’étais pas surpassée comme ça depuis longtemps !

Le dessin:
 

J’ai regardé l’heure. 7h40… Je me lève, au final j’ai encore fait nuit blanche. Quelque part aussi, je voulais être sûre qu’il n’allait rien arriver à Jack pendant son sommeil. Il semblait dormir profondément et très loin de se réveiller maintenant. Heureusement que j’avais fermé les volets, sinon réveil à 6h…

Je suis allée dans la cuisine et j’ai fermé la porte car la machine à café était tellement encrassée qu’elle faisait un boucan d’Enfer… J’ai fait les fonds de placard et la réserve pour lui préparer un bon petit déjeuner… Je n’ai pas vu le temps passé. Il était presque 10h30 quand je ressortis de la cuisine… La vache ! J’étais restée 2h30 à cuisiner ! Mais qu’est-ce qui me prends ? Il n’avait pas semblé bougé pendant deux heures, il semblait être dans la même posture… J’ai posé le plateau du petit déjeuner complet et fait maison sur la table en face du canapé où il dormait et je suis montée à l’étage ranger la salle de bains et lui préparer du linge de toilette. Je suis redescendue rapidement avec mes bras chargés de partitions. Je me suis installée, j’ai mis la sourdine, et je me suis mise à jouer… Quand j’eus fini mon morceau. J’esquissai un sourire, c’était le premier morceau que ma mère m’avait appris. Je regardais vers le loir, et mon sourire s’agrandit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agent spécial du FBI
avatar
Jack Sutton
Agent spécial du FBI

Me voici :
Célébrité : Keanu Reeves
Avec qui :
Messages : 145
Date d'inscription : 04/08/2015
Age : 42

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Sam 23 Jan - 22:55

J'avais sombré dans le sommeil. Un long et profond sommeil. La nuit s'écoulait lentement et j'entendais à peine Kayla qui avait passé la nuit debout à faire son dessin. Je ne sentis pas non plus quand elle prépara le café et mon déjeuner. J'avais rêvé un peu mais c'était une Julia souriante et rieuse qui était dans mon rêve. Je bougeai à peine dans mon sommeil. Je la vis s'approcher de moi et instinctivement je la serrai contre moi. Dans mon sommeil je resserrai le plaid doucement.

- Alors Jacky, ça va?

- Là que tu es là oui.

- Tu sais que je dois partir non? N'oublie jamais que tu un homme bon.

- Ju... ne me laisse pas encore...

- Je serais toujours là mon amour... Je serais toujours ton petit soleil.


Elle posa un baiser sur mes lèvres mais bien sûr là sur le canapé je bougeai à peine. Elle finit par ma sourire et passer une main sur ma joue. Sans un mot je la laissai regagner son univers, sans bouger. Lentement j'ouvris les yeux en battant des cils voyant qu'il faisait déjà très clair. je posai les doigts sur mes lèvres comme si j'avais pu sentir ce baiser. Je fronçai des sourcils car encore une fois c'était un rêve... mais bien différent. Je relevai le regard et vit un plateau ainsi qu'un café devant moi je fis un petit sourire et me relevai en m'étirant comme un chat. Je regardai l'heure et eu un hoquet de surprise 10:30!!! J'avais presque dormi 12 heures en ligne! Je la vis là devant un clavier un sourire flottant sur ses lèvres. Je lui répondis par un sourire moi aussi et pris la tasse de café.

- Merci Kayla, il y a longtemps que je n'avais pas dormi aussi longtemps.

Je bus une gorgée et fermai les yeux savourant ce café ma foi plus délicieux que celui du FBI. J'entrepris de manger tranquillement mais j'avais tellement faim que je mangeai vitesse grand V. Je m'essuyai la bouche avec la petite serviette et me levai. C'est là que je vis le dessin, je fronçai les sourcils et le pris délicatement entre mes doigts. Elle avait réaliser ça quand? Je l'observai longuement et vit les inscriptions sur le ruban. Mes lèvres s’entrouvrirent dans mon rêve Julia m'avait qu'elle resterait mon soleil et là sous mes yeux les même mots. Je relevai les yeux vers Kayla entre la reconnaissance et la surprise.

- C'est toi qui a fait ça? C'est magnifique!

Je rebaissai les yeux sur le dessin mes doigts faisant le contour du visage de Julia. Enlevant une mèche imaginaire. Elle avait réussi à faire ressortir tout ce que la photo émanait, tout ce que j'ai pu ressentir pour elle. Je n'étais totalement guéri mais... je me sentais mieux que la veille. Lentement un sourire se dessina sur mes lèvres mes yeux posé sur la feuille et bien sur je fini par poser la feuille sur la table à dessin pour remonter mon regard sur la jeune femme.

- Merci Kayla... vraiment.




  - Everything got a price. -
- In our World... You can't just leave. -
EXCEPTION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kayla T. Reese
~ I love tattos! ~

Me voici : Kiss
Célébrité : Kat von D
Avec qui : Mon héros
Messages : 86
Date d'inscription : 21/03/2015
Age : 35
Localisation : Honolulu

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Sam 23 Jan - 23:30

-Et aussi bien aussi…

Fis-je avec un sourire malicieux sur les lèvres. Je le regardais attentivement et non je ne m’immisçai pas dans son esprit, je le regardais. Il avait bien dormi et apparemment il l’avait laissé partir, il n’avait pas ce nuage sombre dans ses yeux, non ce dernier était déjà éclarci. Il n’avait pas disparu cependant. Juste qu’eu lieu d’être un nuage d’orage, il était un nuage de ciel gris.

Il passa à table, où il mangea comme un ogre, je n’ai pas pu m’empêcher de ricaner de loin.

Je me suis levée doucement et je suis allée vers lui tandis qu’il observait le dessin. J’avais fait mouche et il semblait choqué de quelque chose… Il me demanda si c’était bien moi qui avait fait le dessin, ou plutôt quand est-ce que j’avais eu le temps de le faire… J’avais peur qu’il ne lui plaise pas mais je fus rapidement rassurée. Mon plus beau sourire réapparut sur mon visage.


-Oui, c’est moi ! Et je suis super heureuse qu’il te plaise !

Non, il n’était plus le même homme, il était reposé, plus souriant, plus enjoué. Donc moi aussi je l’étais…

Nous avons terminé le petit déjeuner ensembles et je l’ai laissé à regret repartir au boulot.

Une semaine passa, je suis retournée travailler le matin même, la clientèle se tient plutôt sur des habitués. J’ai longtemps espéré que Steve me fasse un coucou, mais je comprenais sans silence, ce n’est pas tous les jours qu’on apprend qu’on a une frangine presque aussi âgée que lui. Jack et moi avions sympathisé, promiscuité oblige. Fallait nous voir quand il y avait la queue à la salle de bains. Ca gueulait de partout, si bien que le petit monsieur du duplex d’à côté m’avait demandé si j’avais cherché à reproduire les bruits d’un orage ou si j’avais déménagé. J’ai réussi à réprimer un petit rire…

Mais ce soir-là… Le petit bonheur qui semblait s’installer dans ma vie vola en éclats. Jack m’avait prévenu qu’il rentrerait tard et par conséquent il m’avait demandé de me barricader chez moi… Je trouvais qu’il exagérait… Mais il s’était avéré que non… IL était rentré chez moi et IL m’avait encore agressé… Au départ, je l’avais surpris à rentrer et à fouiller le salon. J’avais essayé poliment de le faire sortir, et il m’avait sorti toute une tirade en me demandant si Jack était mon nouveau mec. Au départ je lui ai simplement dit que c’était un ami que je dépannais… premier coup, une gifle dans le visage. Je sens la peur s’emparer de moi…


« Tu ne comprends pas ? Tu m’appartiens ! Tu n’es qu’à moi ! Tu es ma chose ! Tu es à moi, et personne n’a le droit de t’approcher sans mon consentement ! »

Second coup. Je finis par lui dire tout ce que je n’avais pas pu lui dire, et je me souviens avoir terminé par « les coups sont l’arme de ceux qui ne savent pas régler les conflits intelligemment » Second et troisième coup sous une colère violente…

Ce qu’il ignore c’est qu’ayant marre de me faire maltraiter, j’avais pris des cours d’autodéfense, l’appartement allait finir en Bagdad, mais hors de question de ne pas lui en mettre quelques-uns dans la figure ! Je ne m’en privais pas mais il finit par avoir l’avantage et me jeter violemment sur le lit… Il m’a violé… Ni plus, ni moins… Il ne cessait de dire Que j’étais à lui, qu’il allait me le prouver, et que tellement cette fois j’aurai mal, que je ne chercherai pas à lui désobéir. Je me rebiffais… Il me mit un coup qui me mit dans un semi-KO, terminant son œuvre bienfaitrice pour lui, mais horrible pour moi… Il m’aura tout fait… Oh Jack… Je suis tellement désolée, j’ai fait ce que tu m’as dit, mais… Cela n’a pas suffi…

J’ai repris connaissance dans un hurlement de douleur. Il m’asséna un coup dans le ventre pour me faire taire et me menaça d’un canif. IL commença à me lacérer les bras pour que j’arrête de le repousser… Il m’acheva et je perdis connaissance…

Quand Jack allait rentrer, il allait trouver la maison dans un piteux état… je me souviens que la porte fermait mal… Il allait sûrement la retrouver entrouverte.

Une voix lointaine m’appelait… Mais je gageai que dans la réalité, c’était un hurlement. Je me suis réveillée en sursaut, me redressant violemment dans un râle de peur et de douleur… Je me sentis arrêtée et je pleurais, mon souffle était saccadé et je me sentais souillée, mon cœur avait du mal à ralentir… Mon regard se posa sur mes vêtements, j’avais juste une simple couverture sur moi, mais ma chemise avait été déchirée et mon pantalon baissé. Je tremblais et je suffoquais…


-Il était là ! Il était là !!! Il était chez moi ! Mon dieu il était là ! Il va revenir ! Il va me tuer !

J’étais en état de choc, et dans un état lamentable, les draps avaient le sang de mes bras , et on retrouverait sûrement son flux sur les draps housse. Je me rendais même pas compte que j’étais en sécurité, en fait je me rendais même pas compte que Jack était là…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agent spécial du FBI
avatar
Jack Sutton
Agent spécial du FBI

Me voici :
Célébrité : Keanu Reeves
Avec qui :
Messages : 145
Date d'inscription : 04/08/2015
Age : 42

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Dim 24 Jan - 0:03

Je parti au boulot plus serein et calme, certains le remarqueront sûrement du moins Luna. D'ailleurs en entrant pour le briefing certains me jetait des coups d'oeil bizarre certains allant même à dire que j'avais pas les traits tirés d'un homme qui avaient fait des galipettes. enfin j'expliquai que j'avais une jeune femme en garde rapproché et qu'elle ne souhaitait que se soit que moi seul qui assure sa sécurité. On me l'accorda et on m donna carte blanche et des agents à disposition si jamais. Dans mes yeux brilla la lueur du combattant, je ne le laisserais pas l'approcher! Au péril de ma vie s'il le fallait

Déjà une semaine que je campais chez-elle ou encore dans un petit coin de sa boutique. Je bossai comme un dingue. à toutes les trentes minutes je faisait un tour de son appartement ou sa boutique tout en farfouillant mes dossiers. Elle m'avait aménager un petit coin tranquille où je pouvais travailler. J'avais beau faire le tour des fenêtres, du duplex je n'avais rien remarquer de suspect mais je restais aux aguets au moindre bruits j'étais debout. Le soir assis à ses côtés. Avec le temps que nous passions ensemble j'avais pu décelé quand elle me sondait. Même que un osir la tête plonger dans un dossier, les sourcils froncés et le doigt tapotant sur mes lèvres je sentis ce petit picotement en moi. Je fit un sourire en lui disant:

- Kay, arrête de m'espionner.

Les jours passaient et je voulais vérifier un truc mais vis que j'avais oublié ma filière de documents photos. En grognant je dus dire à Kayla que je devais retourner au bureau et de se barricader dans son appartement et n'ouvrir à personne avant mon retour. si j'avais su... jamais je ne serais parti.

Je me garai dans la cour et je vis que tout était éteint. Je fronçai les sourcils et le voisin sorti sur la galerie. À son air je compris que quelque chose était arrivé. Je lui fit un signe de tête pour qu'il retourne dans sa demeure et je sortis mon arme en montant les escaliers lentement. La porte était entrouverte lentement je poussai la porte pour découvrir l'état de la cuisine. Merde non... J'avançai lentement silencieux comme un chat mon coeur s'affolant. J'espérais qu'elle ai trouvé un coin pour se cacher. Je vis le salon et le dessin qu'elle m'avait fait quelques jours plus tôt en bouillie je serrai les lèvres et continuai et là je la vis sur le lit... immobile. Je sentit mon coeur arrêter de battre, mon souffle se figer dans ma poitrine.

Depuis quelques jours je sentais bien que ce que je ressentais était plus qu'une relation victime-agent mais je ne pouvais pas me le permettre. C'était contre le code des agents du FBI. J'avançai lentement et posai mon arme dans son étui. Deux doigts sur son cou pour sentir les battements de son coeur. Je poussai un soupir silencieux en fermant les yeux. Doucement je l’appelai mes yeux constatant les dégâts. Je sentis une colère sourde, violente m'emparer. Je dus finir par hurler de peur car elle ne bougeait pas du tout! Finalement elle ouvrit les yeux et gueula qu'il était là, qu'il allait revenir pour la tuer. Ses yeux étaient fou je suis certain qu'elle ne me voyait pas.

- KAYLA! criais-je pour que ses yeux se pose sur moi, C'est Jack, c'est moi... je suis là.

Je pris son visage entre mes mains mes yeux plantés dans les siens. soudain à travers la colère qui tremblait en moi je ressenti cette culpabilité se poindre. Il avait rôder et était entrer alors que je devais m'absenter. Il en avait profiter pour lui faire subir des horreurs encore pire que dans son dossier. Mes yeux étaient dans les siens j'attendis d'être sûr qu'elle me reconnaisse avant de lâcher son visage déformé par la peur.

- Ça va je suis là... Je suis là.

- M'sieur...


Le voisin! Je jetai la couverture souillée sur Kayla et me retournai. Le visage de l'homme était inquiet et peiné.

- Appelez les ambulances, tenez appelez ses numéros, j'ai besoin de renfort. Dites-leur que l'agent Sutton vous a demander d'appeler. Ne vous inquiétez pas elle va bien.

Le voisin sorti et je me retournai vers elle, mon regard se posa sur ma main en compote et je me levai pour aller prendre de la glace. Après l'avoir envelopper dans une serviette je la posai sur ses jointures et relevai les yeux vers elle.

- Ça fera moins mal. Je suis désolé Kay... J'aurais dû être là. Je m'en veux. Écoute on devra aller à l'hôpital pour... enfin tu sais amasser les preuves.

Que ça sonnait nul! Je laissai la glace sur sa main avant de fouiller pour trouver un truc qu'elle pourrait revêtir sans mal pour aller à l'hôpital. Je voulais m'occuper pour éviter de sentir la culpabilité m'envahir.



  - Everything got a price. -
- In our World... You can't just leave. -
EXCEPTION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kayla T. Reese
~ I love tattos! ~

Me voici : Kiss
Célébrité : Kat von D
Avec qui : Mon héros
Messages : 86
Date d'inscription : 21/03/2015
Age : 35
Localisation : Honolulu

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Dim 24 Jan - 0:22

Un cri dans la nuit, mes yeux fous et vides se posèrent sur un visage ami. Je souris et sans un mot, je l’étreins de mes bras défigurés. Je tremblais tellement que je secouais tout ce que je touchais… c’était littéralement des secousses telluriques. J’avais froid… J’avais peur, et je me sentais très mal… je pleurais de douleur…

-Tu es là… tu es enfin là… J’ai eu si peur… J’ai tellement mal… Pardon… J’ai fait ce que tu m’as dit… Mais il a gardé une clé… Comment il a eu… Je ne sais pas…

Petit à petit, mon cerveau tournait, et ce qui le grippait le plus maintenant c’était la douleur. Je ne voulais plus le lâcher, mais l’arrivée impromptue du voisin me fit sursauter… Je me suis rallongée dans le lit, les bras tétanisés et en sang repliés sur la couverture. Je sombrais doucement dans l’inconscience… Mais sa voix me ramena à la réalité, et j’ouvris les yeux. Il me posait un pochon de glace sur mes phalanges en bouillie. Je souffrais la martyr… jamais j’avais eu si mal contre lui. Mais au moins je pouvais me dire que je m’étais vaillamment défendue, même si c’était contre une muraille imprenable que je me battais.

Il me dit qu’il est désolé, il culpabilisait et il s’en voulait… Je réussis à ordonner à mon bras d’aller jusqu’à son visage…

-Ne me laisses pas seule… Pas maintenant… Ne m’abandonnes pas… Je sais qu’on doit aller à l’hosto… Mais ne me lâches pas… Je t’en prie, je t’en supplie…

Après coup, les larmes ne font que tomber… Mes bras continuaient de couler de mon sang, il les avait littéralement éventrés mais sans toucher aux muscles, il voulait juste que je me vide de mon sang. Pourquoi tant de cruauté…

-Je… Je ne me sens pas bien…J’ai trop mal… Ça tourne…

Ma main redescend de son visage et je suis en train de sombrer dans l’inconscience… Prends mon carnet à dessins et mes crayons, ai-je hurlé assez fort dans mon esprit, espérant qu'il m'entendrait...

Steve… Mon frère… Je suis tellement désolée de t’avoir fait du mal… Je voudrais tellement… Rattraper le temps perdu sans te connaître… Je voudrais… Que tu me pardonnes…

Je sentais qu’on m’appelait, qu’on me bougeait, mais j’étais incapable de bouger ni de revenir… Non, je m’étais littéralement écroulée dans l’inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agent spécial du FBI
avatar
Jack Sutton
Agent spécial du FBI

Me voici :
Célébrité : Keanu Reeves
Avec qui :
Messages : 145
Date d'inscription : 04/08/2015
Age : 42

MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   Dim 24 Jan - 0:53

Elle avait nouer ses bras autour de moi me lâchant pas. Je la serrai contre moi mes bras passés autour d'elle fermant les yeux durement plutôt content de la savoir en vie. Après ce bref épisode je la regardai désolé, rongé de culpabilité. Elle me fit promettre de ne pas la laisser de rester là à ses côtés. Comment pourrais-je la laisser alors qu'elle avais été là pour moi?

- Promis je serais là Kay.

Je posai ma main sur la sienne mais je m'inquiétais quand je la senti froide... et pas à cause de la glace. Elle perdais trop de sang, elle avait trop de blessures pour j'y arrive seul. Je vis ses yeux se fermer lentement aussitôt me voilà debout mais j'entendis ses mots vaguement dans mon esprit. Je me tournai vers la table à dessin et me précipitai vers elle pour prendre ce qu'elle m'avait demander. Je pris un sac et lançai sous-vêtement, vêtements enfin tout ce qu'elle auras besoin pour l'hôpital. J'entendis les sirènes au loin de l'ambulance et mes collègues. J'entendis mon nom crier avec force et je leur criai mon emplacement après avoir trouver le plaid et que je l'eut couvrit,

- Trouvez-moi le plus de preuves que vous pouvez, je veux cette ordure.

Mes collègues me regardèrent un peu sonné quand il croisèrent mon regard dur et mes lèvres pincées. Ils savaient tout deux que je ne laisserais pas cet homme m'échapper quitte à le traquer jusqu'en enfer.

- Jack tu dois rester et nous aider...

- J'ai promis à Kayla... Je ne peux pas la laisser seule encore une fois. Faites votre boulot et je ferais le mien.


Les ambulanciers arrivèrent et avec leur aide je posai la jeune femme qui pâlissait sur la civière. j'attrapai le sac et le passai en bandoulière et les suivit et montai dans l'ambulance au côtés de Kayla. Je ne pouvais lui prendre la main car elle était bien attaché. Cependant je posai un regard affectueux, plus que je ne le croyais en fait. Je posai ma main sur sa tête en caressant sa chevelure sombre. L’ambulancier me jeta un oeil avant de ranger les effets qui la maintiendrais en vie jusqu'à l'hôpital.

- C'est votre petite amie?

- Non une femme que je devais protéger...


Je tournai mon regard vers elle. Inconsciemment je me mis à la supplier de se battre, de revenir ver moi. "Laisse-moi venir à toi" que je lui avais dit quelques jours auparavant et maintenant je lui demandait de venir à moi...



  - Everything got a price. -
- In our World... You can't just leave. -
EXCEPTION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je m'excuse, je suis un con (Kayla Reese)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» voilà, j'suis là aussi
» doumeni : Je suis nouvelle...
» Bonjour je suis nouvelle
» Ma collec (finalement je suis raisonnable lol)
» Bonjour je suis une addicte...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
:::NCIS: Angels Scared::: :: BIENVENUE A HAWAII :: Honolulu :: Les Quartiers résidentiels :: Waikiki :: Appartement de Kayla T. Reese-