Une histoire sur la base de NCIS changeant complètement du moule habituel...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Civil] Cleo Evans-Hauser Une femme parfaite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: [Civil] Cleo Evans-Hauser Une femme parfaite   Sam 9 Aoû - 19:59


Cleo Evans-Hauser


© Codage par BLAKE.
 
Salut mes nouveaux copains ! Comment allez-vous ? Hm, pas très bavard tout ça. Enfin, moi je suis Cléo mais mes amis m'appelle Cléo ou Clé-clé. Je suis né(e) le 5 Novembre1984 et pour ceux qui ont compté, c'est-à-dire personne, j'ai 30 ans. Pour les intéressés, je suis Avocate et pour les encore plus intéressés je suis mariée.

CARACTERE.
Comment ça va dans la tête ?

Difficilement cernable, elle donne toujours l’impression de ne jamais montrer ses vraies émotions. En réalité, elle est toute en émotions. Elle n’est que sentiments. Mais, en lui parlant, vous aurez toujours la dérangeante impression que les sentiments qu’elle veut bien vous montrer ne sont que la partie émergée de l’iceberg … Autrement dit, personne ne sait jamais réellement ce que pense la demoiselle. Elle donne toujours l’impression de se livrer entièrement, de se confier totalement, et, pourtant, si elle semble vraie, elle laisse toujours une part d'ambiguïté dans ses relations, ou alors, au moment où on s’y attend le moins, elle fait quelque chose de tellement imprévu qu’elle arrive à vous faire douter de tout ce qui s’est passé avant. Quand la réalité vous apparaît factice … ! Enfin bref. Aux premiers regards, il semble facile d''aborder Cleo, mais détrompez-vous. Dans ses yeux nous pouvons voir tout ce qu'il y a de plus mystérieux, de plus intriguant, mais de plus terrifiant. .. Elle a apprit à ce servir de sa beauté pour ensuite pouvoir faire ce qu'elle veut avec tels ou tels personnes, et ceci depuis sa tendre enfance. La jeune demoiselle est aussi d'un grand sadisme sans nom, elle aime faire du mal, se moquer et faire souffrir le plus longtemps possible les gens mais bien sûr, ça personne ne le sait avant de la rencontrer .. oui, la sulfureuse brune cache bien son jeu et parvient toujours à ses fins, d'une façon ... ou d'une autre. Sachez-le ! .

HISTOIRE.
Parles, je t'écouterai mon petit canard.

Il devait être aux alentours de 15h30, a quelques minutes prés. Comme tous les jours, a cette heure la parc connaissait une très fort affluence. D’un coté on pouvait apercevoir plusieurs groupes de parents tranquillement en train de discuter. Chacun avait son propre sujet de conversation, l’un bavardait essentiellement tout ce qui entourait sa cher progéniture en n’oubliant pas de vanter ses mérites auprès de ses collègues quand a l’autre il concernait plus les taches ménagères ou l’envie de partir en vacances entre autres. Leurs paroles étaient a peines audibles, eux-mêmes avaient parfois du mal à s’entendre car la palme du bruit revenait sans conteste a tous ces gamins dont le seule but dans la vie semblait être provoquer un mal de crane pas possible a la personne venu avec.Pour une personne seule et dénuée de patience ce spectacle pouvait facilement s’associer a un film d’horreur ou l'enfer sur terre.La plupart squattaient les jeux installés spécialement pour eux et les plus originaux se couraient après sans raisons particulières ou profitaient simplement de la présence de leurs copains de classe pour organiser des activités débiles.Au milieu de tous ces félés tout droit sortis d’un zoo, une charmante petite fille aux allures de princesse échappée de son livre de conte de fée, brillait par son calme. Les fesses posés sur le bord du bac a sable, Cléo s’amusait a construire un château avec sa soeur ainée en vu d’en faire la demeure de sa nouvelle poupée barbie sans se soucier du vacarne ambiant, rien ne serait capable de la déstabiliser dans leur tache.Des regards curieux se demandaient pourquoi ces gamines ne chahutaient pas comme leurs copains et copines, un truc ne tournait pas rond chez elles ? Leur travail manuel achevé, la petite fille resta un instant en admiration devant leur chef d’œuvre ressemblant de loin a une patate gigantesque sans réelles formes mais comme on dit le principal c’est de participer. Bien décidé a partager le résultat avec leurs parents, elle leva ses pupilles vertes a leurs recherche et sans avoir le temps d’attirer leur attention un garçonnet sorti de nulle part et lança joyeusement un coup de pied en plein dans sa construction. « Mais… » ’sur le coup elle ne su rien prononcer de plus constructif, trop énervé par l’attitude de ce crétin sans gene « de toute façon c’était nul ». Il cherchait les ennuis celui et s’il s’imaginait que son geste resterait impuni, il révait. S’il y a bien un défaut qu’elle ne supportait pas, c’était bien l’irrespect. Tout en se relevant Cléo vérifia que sa mère ne l’observait pas pour assigner a son bourreau un coup de pied bien placé dans les bijoux de famille avant de lui empoigner fermement les cheveux et le pousser a terre. La réaction ne se fit pas attendre son homonyme masculin fondit en larme « C’est toi qu’est nul !.


Papa, elle est ou maman ? » cette question elle la posait precisemment pour la troisieme fois depuis le début de la matinée et comme a chaque fois son père ne daignait pas lui répondre clairement si ce n’était par le biais d’un regard faussement heureux. Quelque part, il s’efforçait de la rassurer mais de quoi ?, la petite fille agée de 6 ans ne comprenait rien.Pour une raison pas tres net, il l’avait envoyé passer quelques jours chez une voisine en lui promettant qu’en revenant tous les deux organiseraient une super fete pour le retour de sa maman hospitalisée depuis peu. Au lieu de ca, elle avait retrouvé son père au téléphone les yeux rougient et lorsqu’elle avait laissé sa curiosité prendre le dessus et pousser a savoir ce qui n’allait pas, il avait mis ça sur le compte des oignons. Rester dans le vague avait la facheuse tendance a l’agacer mais la confiance en son papa demeurait innébranlable et buvait chacune de ses paroles comme du petit lait.Dans le fond, elle nourissait l’idée de retrouver sa maman a l’endroit ou ils devraient se rendre. Les premiers mots qu’elle lui chuchoterais serait « je t’aime » suivit d’un énorme calin.Etant de nature relativement tendre, les marques d’affections de sa part lui manquait terriblement ses derniers temps, d’autant qu’elle ne pouvait pas la voir autant qu’elle le désiré.Ce qui la faisait tenir était de se dire qu'elles auraient l'opportunité de se rattrapper plus tard sans se douter une seconde de ce qui l'attendait.Pendant que son père s’absenta dans la pièce d’a coté prendre une brosse a cheveux afin d’arranger la coiffure de son adorable petite terreur, cette dernière entame une intensif recherche dans les tiroirs de sa commode histoire de modifier un peu la tenue noir imposé. « Chérie qu’est ce que tu fais ? » interrompue dans son élan la fillette pointa du doigt un morceau de tissus rose tombé par terre « je veux etre jolie pour maman ,je peux mettre ca ? » « peut importe ce que tu porteras, tu sais bien que tu seras toujours jolie comme un cœur ? » ne sachant si ces paroles indiquait un oui ou un non, Cléo le fixa avec une bouille auquel personne ne savait résister « c’est entendu » . Vu les circonstances, il n’était pas vraiment en mesure de lui refuser ce petit plaisir qui engendrerait forcement des interrogations sur les gens a l’extérieur. Aller a un enterrement avec une jupe rose bonbon ne passerait pas inaperçue. En guise de remerciement, elle se précipita dans ses bras pour lui faire un calin. Monsieur Evans songeait sérieusement a faire part de la tres mauvaise nouvelle a sa fille surtout qu’il arrivait a un stade ou il n'avait pas d’autres options.Il ne pouvait pas non plus se permettre de la laisser découvrir le drame de ses propres yeux, elle méritait de le savoir. Mais comment annoncer avec les bons mots a un etre si innocent et plein de vie qu’il ne reverra plus jamais sa mère sans risquer de l’anéantir a jamais ?.Risquer de ne plus jamais la voir sourire ou l'entendre rire a cause de cet événement serait impossible a surmonter. Il venait physiquement de perdre sa femme, il refusait de perdre aussi psychologiquement le fruit résultant de leur union. "j'ai aussi fais un dessin a maman tu crois qu'il lui plaira".Elle ne lui rendait pas la tache facile, il repoussait continuellement l'instant ou devrait lui en parler pourtant il devait se lancer. Alors que Cléo s'apprétait a s'emparer du dessin en question pour connaitre son avis, son père la stoppa dans son geste et lui attrappa la main pour l'emmener jusqu'à son lit afin qu'elle s'assoit. " Chérie j'ai quelque chose a te dire et il va me falloir toute ton attention, tu crois que peux faire ça pour moi ?". Le ton doux qu'il employa ne lui donna guère envie de lui désobéir et tout en le fixant ses yeux malicieux elle prit son ours en peluche."Tu te souviens du dessin animé que l'on a regardé il y a quelques jours celui ou la mère de la princesse devait la laisser pour rejoindre un autre royaume ? , se remémorant les larmes de sa fille verses a ce moment la du film, il réalisa qu'il n'utilisait pas forcement la bonne méthode. "Je vais te raconter une petite histoire, elle concerne une famille écureuil ... a la prononciation de ce mot Cléo écouta de ses 2 oreilles son histoire dans cette famille, il y avait bien évidemment le papa, la maman et ils s'aimaient tellement fort qu'ils avaient décidé un jour d'avoir un bébé, il faisait beaucoup de betises mais tout le monde l'aimait car il était adorable. Leur vie était parfaite ils n'étaient pas les plus riches du monde mais ils pouvaient au moins compter les uns sur les autres.Très souvent lorsque papa écureuil était parti travailler, sa femme et son fils profitait qu'il ne soit pas pour les embeter pour faire des énormes gateaux aux chocolat... " comme moi et maman, on aurait pu les inviter " " puis un jour maman écureuil est tombé malade...tout le monde s'imaginait que le chocolat était responsable alors que pas du tout.Mais maman écureuil savait qu'ils s'agissait en réalité de ses amis sur une autre planète qui voulait la revoir car ils lui manquait de trop. Avant de faire ses bagages pour rejoindre ses amis de l'autre coté des nuages, maman écureuil a promit a son mari et son fils adoré qu'elle ne partirait jamais réellement car il leur suffirait de lever les yeux vers le ciel pour la voir sous forme d'étoile et de la haut elle veillerait toujours sur eux mais surtout qu'elle les aimerait toujours" . Fronçant les sourcils,l'air de dire laisse moi chercher le rapport avec maman, Cléo serra encore plus son nounours contre sa poitrine Maman est allé voir madame écureuil ? pour lui apporter du gateau ? Maman est devenu une étoile mon ange" ca veut dire que j'ai plus de maman ? Tu en aura toujours une, ta maman restera toujours ta maman .Dans sa tete cette histoire ne paraissait toujours pas très clair mais son père se sentit soulagé.Cléo prit réellement conscience des paroles de son père lorsqu'elle échappa a sa surveillance et aperçu a une bonne quinzaine de mètres une boite tout en bois a l'intérieur de laquelle reposait paisiblement le corps inerte de sa mere. Cette vision d'horreur eue l'effet d'un électrochoc d'ailleurs son premier réflexe fut de s'en approcher avant de fondre en larme et se frayer un chemin parmis tous ces gens habilles en noir et ainsi rejoindre son papa. " Je vais devenir avocate comme ca je pourrais monter la haut et faire tout pour qu'elle revienne"



22 ans Touche le fond et creuse encore


lache ca pauvre tache » « je te ferais pas ce plaisir » « tu rigoleras moins quand je t’aurais pete toutes tes dents » « c’est une menace » « non plutôt un avertissement » « essaye toujours petite joueuse « « j’en ai demolis des plus balezes que toi alors c’est pas toi et ton nez refait et ta bouche de suceuse qui vont me faire peur ! » « tu paries blondasse ? ». Je reve elle m’insulte l’autre pimbeche restructuré de la tete au pied ! . Je vais me foutre en mode picasso, elle va rien comprendre a ce qui va lui arriver !. Dans une suite de gestes completement désordonné, je m’etonne d’ailleurs toute seule de savoir pratiquer ce genre d’art martiaux sans finir avec un membre cassé, je me plante bien face a elle d’accord elle me domine d’une demi tete mais je ne m’arreterais pas a ce détail. « Range ton couteau tu pourrais te blesser » « ou plutôt te découper en rondelle » « ca peut etre une option mais avant il va falloir gouter a ca « Tel lucky luck je degaine mon fouet avec un maximum de classe et comment a lui en infliger des coups avant qu’elle ne me l’arrache des mains pour me l’enrouler autour du coup. Au secours je vais mourir, ma respiration s’affaiblie c’est la fin et le pire c’est que j’aurais meme pas eu le temps de porter un sous vetement comestible. « Cléo CLEO » j’entends les anges me reclamer mais pourquoi j'ai l’impression d’etre allongé sur un matelas a eau, ca tangue, je vais vomir.Mon corps ne répond plus, je suis perdu, coincé dans ma propre enveloppe corporel. En ouvrant progressivement un œil, j’appercois la bouille de ma merveille amie, les cheveux en vrac, les levres remontés jusqu’au menton . Ah non je la voyais pas dans la bonne position c’est donc pour ca. « Arrete d’hurler je vais te tuer les voisins vont vraiment se demander ce qu’on fait » « ca t’es déjà arrivé de rever d’une poupée gonflable ? « « tu veux dire de ce style la ? » encore un peu a coté de mes pompes je l’observe titubant jusque derrière le canapé pour en dénicher quelque chose et me montre avec un air amusé, une poupée gonflable au sourire radieu . Je m’empresse de faire un bond en arrière en la pointant du doigt l’air traumatisé « Ahhh c’est elle, je la reconnais elle a essayé de me tuer avec son air sadique, débarrasse toi d’elle, satan c’est reincarné dans ce truc … comment elle est arrivée la au faite ? je me souviens de rien » « j’en sais rien du tout, je me suis reveillé y’a 10 minutes et elle était déjà la..a mon avis elle est rentré toute seule en pleine nuit juste pour te foutre la trouille » « c’est pas marrant » j’ai l’impression d’avoir une armée de lapins durex mal entrainé a jouer non stop dans ma tete « oh je sais on va en trouver une autre comme ca , on les déguise comme nous et on les envoi a notre place a la remise des diplomes » « oh non la remise des diplôme, on va etre en retard ,pas bien du tout du tout.» On y va on y croit, je donne l’ordre a mon corps de se lever mais y’a du avoir un court circuit quelque part, ce con a comprit rester coucher.Ah non pas possible tu vas faire ce que je te dis ou tu vas voir hein, je peux pas me permettre d’arriver en retard la bas. C’est pas grave allons y a quatre pattes on verra pour le reste au moment venu.Me voila en promenade dans un appartement en petite culotte.Ouai vu sous cette angle c’est sur je ne mets pas trop en valeur mon intelligence mais plutôt mes fesses rebondis.Pourquoi ils ne peuvent pas inventer un nouveau fonctionnement la remise des diplomes par la poste, ca nous en éviterais des soucis. J’ai travaillé dur pour avoir ce fichu bout de papier hors de question que je le laisse me filer entre les doigts. Le courage c’est pas ca qui me manque non la seulement 2 jambes en état de fonctionner correctement.J’ignore ce que j’ai pu faire hier mais j’ai un de ces mal de popotin.J’ignore ce que j’ai pu faire hier mais j’ai un de ces mal de popotin.La table d’accord, maintenant voyons si je peux l’atteindre c’est pas gagné. Concentration, action, allez Cléo tu peux le faire. Miracle je suis debout. Oh un fond de bouteille de vodka « bonjour toi ». Ma conscience me dis de rester raisonnable en laissant ce liquide ou il est mais la mauvaise a un argument en beton, ne pas en profiter serait du gachis. Petite vodka tu dormiras au chaud dans mon estomac, un peu plus ou un peu moins aucune chance que l’on remarque la différence. Petit déjeuner check. Pour aujourd’hui on ne pourrait pas faire prescription que je puisse me pointer habillé comme ca ? jsuis a l’aise la. Si j’avais su que je serais dans cet état j’aurais programmé la soirée pré- diplôme bien avant.« Euh ….machin ? » j’ai une perte de mémoire, j’ai momentanément oublié le nom de ma meilleure amie qui tente tant bien que mal de se dépatouiller dans la jungle impitoyable de la salle de bain. « Quoi ? » « t’as pas vu ma cape ? » « ta quoi ? » « le truc noir qui va me donner l’impression d’attendre une dizaine d'enfants en meme temps » « jsais pas de quoi tu parles mais regarde dans la salon » en temps normal j’aurais trouvé sa réponse et rangé mais la non. . Pour l'heure, il me faut m'habiller, je ne dis qu'enfiler un truc pareil est hyper simple d'autant que le mode d'emploi n'a pas été fourni avec.Perdre pas loin de 10 minutes me glisser la dedans, j’ai battu un record je suis sur. Un coup de brosse pour ne pas donné l’image d’une fille négligé suffira largement quoiqu’un léger coup de fond de teint m’aiderait bien a cacher mon visage fatigué. Je suis fin prete, si je reste concentré au maximum tout devrait a priori bien se dérouler. Je propose que l'on prenne ma voiture . En route mauvaise troupe « NANNNNNNNNNN CEST UN CAUCHEMARD » je sens l'envie de meurtre se réveiller en moi « OU ES MA VOITUUURE...ON MA VOLE MON BEBE JLE CROIS PAS » j'entends au loin les rires incontrolables de ma meilleure amie , mon malheur la fait marrer on aura tout bu pardon tout vu. " c'est sur que si tu cherches dans le placard tu risques pas de la trouver..."



"MR AMINGTON" ....."MLLE ARNES" a mesure que les sont noms sont appelés au micro les propriétaires se lèvent et montent sur l'estrade récupérer, leur morceau de papier soigneusement enroulé avec un noeud en soie. J'en suis a ma seconde et dernière remise de diplome. Mon père profite que je sois en fin de liste pour me mitrailler de photos, je ne sais pas ce qu'il compte faire de ces 36 000 cliches, je l'ai supplié de ne pas ramener le camescope alors je peux bien le laisser remplir l'appareil. Il a l'air tellement fière de moi, j'ignore pourquoi je suis loin d'etre la fille parfaite. Je ne saurais meme pas comment le remercier de m'avoir permise d'entrer dans un endroit comme celui , ce n'est pas n'importe quoi. Cette universitée est classé parmis les meilleurs au monde et m'en voila dans un bon quart d'heure ... diplomée.Je ne réalise pas encore très bien ce qui m'arrive. Je suis profondemment chanceuse d'en ici pourtant une seule personne manque a mon épanouissement total ma maman.Est ce qu'elle me voit de la haut ? est ce qu'elle ressent de la fierté ? moi c'est un vide inimaginable qui m'habite. Je ferais n'importe quoi pour admirer une nouvelle fois son sourire si doux et emprunt de tendresse.J'en suis réduite a éprouver de la jalousie vis a vis des anges. J'ai bien appris a m'habituer a son absence mais elle me manque chaque seconde de mon existence.Ma meilleure m 'abandonne pour recevoir son sésame, je la suis du regard et sourit comme idiote.J'adore cette fille, c'est aussi grace a elle que j'ai tenu bon. .Seulement serais je a la hauteur ?. "MLLE EVANS" pincez moi, il a prononcé mon nom je commenceais a me dire qu'il m'avait oublié. Je reste assise encore quelque instant pour profiter d'un moment tel que celui ci car il ne se reproduira plus jamais avant de me précipiter sur la scène récolter le fruit de mon dur labeur. Au moment ou le proviseur me remet mon papier imprimée, submergée par l'émotion je laisse échapper des larmes de joie, de mélancolie, de tristesse je ne sais pas trop. Finalement je redescends de mon petite nuage et rejoins mon père pour me blottir dans ses bras.

Il y a deux ans,j'étais sur une affaire de meutre.Un pédophile avait était tué par un autre homme tout aussi étange.Etant l'avocate du tueur,je me devais de le défendre.Certes,un crime restait un crime et devais être puni mais vu la victime..C'était bien fais,après tout il n'avait eu que ce qu'il méritait.Ah oui je ne vous ai pas prévenu,j'était engagée par le FBI,enfin particulièrement par Mr Hauser..Qui n'était pas mal dans son genre. M'enfin je vous évite tout le blabla du tribunal..Mr Hauser,trouvant que j'avais fais de l'exellent boulot,m'invita à boire un verre..Il fit souvent appel à moi,ainsi nous mangions également souvent ensemble. Puis un jour,nous nous mirent en couple.J'étais sous le charme.Un soir,sur l'oreiller,il m'avoua être un démon,je cru à une blague.C'est à ce moment là qu'il me montra sa véritable personnalité.Et pour tout vous dire,cla me plaisais encore plus.

Me voilà donc,à 30 ans.Une avocate réputée dans la ville,mariée à un démon super séduisant Wink


DERRIERE L'ECRAN.
Maintenant que je te connais, je veux plus te connaitre.

C'est quoi ton p'tit nom ?Emeline
Ton âge ? 22 ans.
Ton avis sur le fofo' ? Superbe
Code du règlement, ou pas ? //


Dernière édition par Cléo Evans-Hauser le Lun 29 Sep - 21:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: [Civil] Cleo Evans-Hauser Une femme parfaite   Lun 29 Sep - 21:31

si on exclu les fautes (et ma flemme de lire l'histoire jusqu'au bout ^^) c'est trés bien. Wink

Je ne vois qu'une chose à te dire.



Bienvenue Newbie
Bienvenue sur le forum, si tu vois ce message c'est que tu es officiellement validé. Tu peux désormais créer ta fiche de liens, de rp, demander un logement, et bien sûr rp! Amuses toi bien parmi nous ”

©️ charney

Revenir en haut Aller en bas
 

[Civil] Cleo Evans-Hauser Une femme parfaite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LA FEMME PARFAITE!....;selon qui?
» 1526-1905 : l'état civil des Vosges est en ligne !
» la première femme commandant d’un navire de la marine belge
» Je suis une faible femme :(
» la sage femme françoise...Mon parcours avec les sages femmes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
:::NCIS: Angels Scared::: :: Salle des archives :: Archives-